Lettre ouverte aux Anti-Bush

A l’occasion du passsage à Montréal, de Georges W. Bush, ce 22 octobre 2009.              Welcome in Montréal, Mr President

Certes, on n’a pas trouvé d’armes de destruction massive, mais on a trouvé tellement pire : l’horreur d’au moins 288 fosses communes, les cadavres crevés d’êtres humains par l’utilisation d’armes chimiques de destruction massive, irréfutablement prouvée.

Vous trouverez en annexe 44 lignes, tirées d’un livre de 846 pages sur les horreurs du régime de Saddam Hussein, d’un livre dont il faut trop souvent suspendre la lecture, sauter des paragraphes et des pages pour éviter de dégueuler.

 

On y est trop souvent dans l’antichambre du nazisme ou du stalinisme.

 

‘ Saddam fut l’un des pires tyrans de l’Histoire du monde; il était urgent et nécessaire d’en débarrasser le peuple irakien.’ préface de Bernard Kouchner - Le livre noir de Saddam Hussein.

 

Vous pourriez aussi lire le livre de Michael Ignatieff, avant qu’il ne le répudie pour une grand messe à Ottawa : Political Ethics in an age of terror -The Lesser Evil.

                     

Mais je doute que cela vous suffise pour reprendre le propos de Chistian Rioux , ‘un néo - impérialiste ‘ (Sic) selon vous – Le Devoir 2003/12/20 :

‘ le pachyderme américain vous obstrue tellement la vue que vous n’essayez même plus d’étirer le cou pour voir ce qui se cache derrière’, Le Devoir – 2003/12/30

 

Votre intégrisme sectaire et borné ne peut être mieux décrit que dans les 13 lignes du second paragraphe, page 14 du livre de Christian Rioux : ‘Carnets d’Amérique’2005.

 

La situation en Afghanistan comme en Irak est toujours très fragile, le coût humain terrible, il aurait pu en être tout autrement, il n’est que la conséquence de la division du monde libre dont vous êtes largement responsables, sous la gouverne du duo Chirac-De Villepin, auquel parlant de Talleyrand, s’applique si bien la formule de Sacha Guitry : ‘de la merde dans un bas de soie ‘.

 

Vous pouvez lire d’André Glucksmann, autre néo-impérialiste, je suppose! : Ouest contre Ouest – Plon 2003.

 

Comme en 1937, quand vous et les médias beuglaient :‘ la pire menace pour la Paix dans le monde, ce n’est pas Hitler mais  Winston Churchill’; Anti-Bush, vous n’êtes que les Anti-Churchill d’une autre époque, d’un humanisme qui n’est que de la  démagogie.

 

Quand tant d’autres putassaient avec ce tyran barbare et sanguinaire, un des pires de l’Histoire, Bush en a débarrassé l’Irak et le monde, vous avez tout fait pour l’en empêcher.

Si au lieu d’une rivalité très dangereuse pour la paix au moyen orient et dans le monde entre le régime des ayatollahs en Iran qui cherche à se doter de l’arme nucléaire et le régime de Saddam Hussein, nous voyons se lever en Iran avec beaucoup de courage une opposition qui recherche plus de démocratie et de liberté, nous pouvons dire merci à Georges W Bush. En effet les liens entre cette opposition iranienne et les dirigeants actuels irakiens sont très étroits, la plupart ayant vécu en exil en Iran du temps de Saddam Hussein. La démocratie irakienne peine mais progresse et devient un exemple.

 

Du Droit d’ingérence, avec vous nous sommes passés au Devoir d’indifférence.

Tyrans et juntes militaires savent aujourd’hui qu’ils peuvent, sans risque et à leur guise, écraser leur peuple.

 

Vous faites grand cas des terroristes de Guantanamo, mais votre humanisme sélectif ignore les prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles de Castro et de sa junte militaire.

 

Si, à l’encontre d’autres pays nous n’avons pas été au Canada frappés par des actes terroristes, vous pourriez au moins dire merci à Georges W. Bush et Tony Blair.

 

Vous voulez manifester avec vos godasses des putassiers de Saddam, alors manifester pour que cesse le criminel mensonge de l’amiante devenu chrysotile, pour mieux l’exporter vers certains pays abusant de leur manque d’information, cette arme de mort massive, à retardement, à déflagration lente et cruelle et qui dans cinquante ans tuera encore.

Vous pouvez lire sur ce sujet : Cessons le mensonge, La Presse 2009/9/16 signé par 14 personnes dont on ne peut douter de la crédibilité.

 

Devant l’ONU,  entre les pays qui ont suivi le machiavélique duo Chirac- De Villepin et ceux minoritaires certes, qui ont choisi de suivre l’Amérique de Georges W Bush, comme l’avait bien cerné André Glucksman dès 2003 dans Ouest contre Ouest, comme à une autre époque entre ceux qui ont suivi Chamberlain contre Winston Churchill, l’Histoire jugera.

 

Pour reprendre votre formule de politesse, veuillez recevoir avec mon mépris le plus profond et le plus sincère, ma virtuelle chaussure.

 

Alain Doucine,  

 

Note: au téléjournal de Radio Cucuba, ou Radio Saddam ! de ce 22 octobre, il n’y avait pour Céline Galipeau, la mine grise, que 300 manifestants, le fan-club de Saddam; pas un mot sur les 1000 personnes ayant assisté à la conférence.                      

 

 

Références

 

- La politique du ruban blanc, Christian Rioux, Le Devoir, 2003/12/6.

 

- Le salut par l’impérialisme, Pierre Vadeboncoeur, Le Devoir,2003/12/20.

 

- Lettre d’un ‘néo-impérialiste’, Christian Rioux, Le Devoir, 2003/12/30.

 

- Cessons le mensonge. La preuve scientifique est irréfutable : l’amiante chrysotile cause l’amiantose et des cancers mortels, La Presse 2009/9/16.

 

- L’amiante continue de tuer avec la complicité de l’État, selon des médecins. Le Devoir 2009/12/02.

 

- Le livre Noir de Saddam Hussein, Sous la direction de Chris Kutschera, 2005.

 

- The Lesser Evil, Political Ethics in an Age of Terror, Michael Ignatieff, 2004.

 

- Ouest contre Ouest, André Glucksman, 2003.

 

- Les corrompus de Saddam Hussein, Laurent Chabrun et Franck Hériot, Plon 2006

 

- L’obsession anti-américaine, son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences, Jean-François Revel, 2002

 

- La Grande Détestation Collective,    www.autrement9.com

 

 

 

 

 

 

Annexe 2 – Extrait du livre de Christian Rioux : Carnets d’Amérique, page 14.

 

Un titre approprié serait : La fatwa des anti-Bush.

 

‘ Ce livre est né d’une déception, disais-je. A mon retour d’Israël, je découvris une lettre sur mon bureau. Deux amis de Montréal avaient pris la peine de m’écrire. Des amis de trente ans, comme on dit. Dans un texte manuscrit à l’écriture fine dont j’ai gardé copie, ils me priaient poliment de ne pas venir les voir cet été. Je n’étais plus digne de leur maison en équilibre sur un rocher face au seul paysage qui représentera toujours pour moi l’immensité, le fleuve Saint-Laurent. J’avais commis l’irréparable en se participant pas à la DÉTESTATION COLLECTIVE.  Nous les traites, a écrit ironiquement le dissident polonais Adam Michnik coupable lui aussi de ne pas avoir obtempéré au dictat des foules en colère. La tristesse qu’a provoquée cette lettre ne m’a jamais quitté. Ce livre n’existerait pas sans elle. ’fin de l’extrait.

 

On est dans l’intégrisme le plus borné sorte de fatwa sociale de l’exclusion qui probablement fait encore plus mal. Elle ne vient pas de vos ennemis, elle vient de vos amis vous excluant plus radicalement que la fatwa d’un ayatollah.

Mais pire, personne n’est venu publiquement à la défense de Christian Rioux et cela pose bien des questions ? Mais le message est clair, pour vous sur ce sujet, il n’y a pas de place non seulement pour une opinion contraire, mais même de le discuter, vous avez le monopole de la vertu et êtes l’incarnation de la vérité et malheur à celui qui ose en discuter, ce qui en fait était tout simplement le sujet de l’article : le ruban blanc. Il est lui-même, la preuve de ce qu’il écrivait.

 

Mais que dire de ‘ces deux amis de Montréal ’ (sic) qui pour un article très modéré répudient une amitié de trente ans ! Les Américains ont bien raison d’accroitre les contrôles à leurs frontières.

 

 

 

Annexe 1-  La réalité du régime de Saddam Hussein

 

« le livre noir de Saddam Hussein » publié en 2005, sous la direction de Chris Kutschera, avec une préface de Bernard Kouchner, regroupe le sommaire des travaux de 23 des meilleurs spécialistes de l’Irak, donnant le terrible portrait de la réalité du régime de Saddam Hussein,

 

Dans le premier paragraphe de l’introduction, Chris Kutschera écrit :

 

 « Comme le montre ce Livre noir, après trente-cinq ans d’une dictature d’une rare violence, qui a anéanti la société civile irakienne et fait des millions de victimes, il n’y avait pas de bonne solution. Le système répressif mis en place par Saddam Hussein était inexpugnable de l’intérieur. Il n’y avait pas de solution démocratique à la dictature de Saddam Hussein : aucun mouvement populaire, aucune insurrection ne pouvait en venir à bout et le renverser, comme les Kurdes et les chiites en ont fait la sanglante expérience.

Laisser Saddam Hussein exercer son pouvoir plus longtemps, c’était condamner la société irakienne à l’anéantissement… » fin de l’extrait.

 

Ce livre de 846 pages n’est que 846 pages d’horreur. Nous n’en utiliserons qu’une quarantaine de lignes, l’équivalent d’une page, mais plus que suffisante à une condamnation sans appel de la junte militaire de Saddam Hussein.

 

 

Premier extrait : Partie III - chapitre 3 – page 405 - L’utilisation des armes chimiques contre les Kurdes.

 

Par Françoise Brié – Diplômée de santé publique et de géopolitique. Directrice de programmes et chargée de mission pour plusieurs associations humanitaires et de défense des droits humains (Médecins du monde, Aide médicale internationale, Alliance internationale pour la justice).

 

« Malgré leur classement parmi les armes de destruction massive et une condamnation unanime, les armes chimiques, fabriquées par de multiples pays à travers le monde, représentent un réel danger de prolifération. Très souvent à double usage, civil et militaire, les toxiques utilisés pour leur élaboration peuvent être autorisés – cas des épandages pour l’agriculture par exemple – alors qu’ils sont interdits sur le plan militaire et plus ou moins tolérés dans des recherches scientifiques. Les responsables irakiens dévoués aux dirigeants du régime baasiste joueront parfaitement durant des années de ces ambigüités pour dissimuler le développement de leur programme de production d’armes chimiques.

 

En mars 1991, à Khamisiyah en Irak, les forces américaines détruisirent un stock de roquettes sans savoir qu’elles contenaient des neurotoxiques, dont du sarin identifié ensuite durant l’année 1996 par les experts de l’Unscom.

 

Les preuves de la possession par l’Irak d’armes prohibées parmi les plus dangereuses ne manquèrent pas, mais l’Unscom’en obtint l’inventaire qu’en 1995 à la suite de la défection de général Hussein Kamel, gendre de Saddam Hussein.

 

 

 L’Irak reconnut alors, entre 1997 et 1998, avoir fabriqué non seulement 3080 tonnes de gaz moutarde, 20 tonnes de tabun,812 tonnes de sarin,250 tonnes de VX, mais aussi des armes biologiques avec 19000 litres de toxine bolutique, 8500 litres d’anthrax, 2200 litres d’aflatoxine.

 

Les enquêteurs retrouvèrent également une chambre pouvant contenir des êtres humains et servant selon toute vraisemblance de lieu pour tester certains mélanges. Cette découverte renforça les suspicions sur l’usage d’hommes à des fins d’expérimentation. D’anciens détenus avaient en effet rapporté, quelques années auparavant, avoir observé que des prisonniers politiques ou de guerre servaient de cobayes dans des essais de produits toxiques. Ils avaient ainsi vu mourir de jeunes Kurdes faylis appartenant à un groupe de plusieurs milliers de civils enlevés `à leurs familles en 1980 et qui n’ont jamais revus depuis. »  fin de l’extrait.

 

On est à la porte du régime nazi.

 

Bien entendu, Ali le chimique dont l’expertise était le crime contre l’humanité par utilisation d’armes chimiques de destruction massive s’en servit copieusement.

 

 

Second extrait : Partie VII – chapitre 2 – page 651 – Les champs de la mort de Saddam Hussein

 

Par Sinje Caren Stoyke – Archéologue allemande. Participe aux fouilles des fosses communes de Hatra avec le bureau de liaison des crimes du régime irakien. Présidente de l’ONG Archéologue des droits humanitaires.

 

«  Au jour d’aujourd’hui (1 aout 2005), 288 fosses communes ont été localisés en Irak; et le nombre des personnes disparues est estimé à un million.

Les crimes contre l’humanité perpétrés par Saddam Hussein n’ont jamais été un secret. L’existence des fosses communes, la réalité des massacres de civils ont toujours été connues des gouvernements occidentaux.

Les Irakiens connaissent également la réalité de ces charniers. Des convois militaires ont traversé les villes, bondés de prisonniers civils, pour repartir vides. Les habitants résidant à proximité des sites d’exécution ont entendu les cris des hommes, des femmes et des enfants. Ils ont entendu les tirs suivis par le silence. Ces sites ont été utilisés à maintes reprises ; ils ont drainé un nombre considérable de victimes.

Il y a aussi des fosses communes creusées par les habitants dans les régions kurdes, où les survivants devaient enterrer les victimes des attaques chimiques »  fin de l’extrait.

 

Il ne s’agit pas de la folie meurtrière d’un massacre, mais d’une extermination, froidement organisée qui glace comme la déportation…

 

‘ Saddam Hussein fut l’un des pires tyrans de l’Histoire du monde: il était urgent et nécessaire d’en débarrasser le peuple irakien ‘ Bernard Kouchner.

 

Pour l’anti-Bush qui n’en a pas assez de toute évidence, il reste dans ce livre 845 pages de la même facture.

 

32162 Responses to “Lettre ouverte aux Anti-Bush”


    Fatal error: Allowed memory size of 67108864 bytes exhausted (tried to allocate 35 bytes) in /home/content/57/13464257/html/blog/wp-content/themes/default/comments.php on line 27